Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Askélia

défi 57

13 Juin 2011 , Rédigé par askelia Publié dans #courts textes - nouvelles.

    "La femme au chameau."


    Le chameau était lancé.
    Dans la nuit éclatante du désert, une femme mystérieusement voilée de blanc, duquel ressortaient uniquement de doux yeux noirs aux cils démesurés trônait. Aux flancs de l'animal battaient de nombreux ballots de peau, clapotant doucement au gré du vent. C'était la marabout d'un village touareg, qui se rendait à une cinquantaine de kilomètres. Un messager était venu la quérir, réclament aide et soin pour une fillette dont le mal inconnu semblait lui ôter la vie peu à peu. La femme savait de quoi il s'agissait, elle avait déjà soigné des patients, parfois sans succès. La personne se laissait mourir, refusant de s'alimenter, parfois de boire, ainsi que de se laver, se terrant dans sa hutte.
    Elle arriva au couchant aux premières habitations. Les enfants, la reconnaissant, s'agglutinèrent autour de l'animal. La chamane distribua un sourire, une caresse, un mot à ces petits épris de grand air et d'amour. Elle se dirigea instinctivement vers la zeriba la plus grande, une des rares du village, faite de pierres et de feuilles de palmier. Elle poussa un soupir de soulagement en quittant le dos du chameau, étirant ces longues jambes. Puis elle pénétra par la petite entrée, l'odeur lui sautant au narines soudainement. Une petite fille de onze ans était allongée sous une épaisse fourrure, malgré la chaleur écrasante. Elle s'approcha sans bruit, saluant la mère d'un hochement de tête. Repoussant doucement la couverture, elle ausculta rapidement l'enfant, lui confirmant ce qu'elle savait déjà : physiquement l'enfant semblait aller très bien. En interrogeant la mère, elle apprit que la petite était depuis trois lunes dans cet état, ne se levant que pour aller uriner et déféquer, quand elle ne s'oubliait pas. La femme fit sortir les curieux qui s'étaient rassemblés autour d'elle, restant seule avec la fillette. Une discussion pénible s'ensuivit durant deux longues heures. Puis elle resta couchée dans la hutte, utilisant des signaux magiques au-dessus de la tête de l'enfant, à chaque fois que celle ci passait d'une phase de sommeil à l'autre.
    A l'aube, éreintée, elle sortit boire une infusion de menthe pour se rincer la bouche et le corps. La mère qui avait dormi chez sa soeur s'approcha d'elle avec espoir, quémandant des réponses. La femme n'ouvrit pas la bouche tant que toute la tribu ne fut pas rassemblée, formant un cercle. Alors elle ouvrit la bouche :
    « La fille se meurt car elle a en elle l'enfant du péché, sachant que l'opprobre sera sur elle et que tous se détourneront d'elle. Mais c'est aussi l'enfant de Dieu. Mariez-la au père et acceptez cette union déjà bénie. »
    Et elle reparti sur ces mots avec son animal. Derrière elle...
    Le hameau était glacé.
   
   
   

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie de Cabardouche 24/06/2011 16:52


Merci pour ce texte élégant et profond.


Quichottine 14/06/2011 20:18


Un texte magnifique.
Merci pour cette participation au défi des Croqueurs de Mots.

Que dire si ce n'est "bravo !" ?

Peut-être seulement que tu m'as émue.


Line 14/06/2011 19:47


une petite fille de onze ans et déjà accablé sous le fardeau d'une femme
cela me fait mal

très bien écrit mais difficile pour moi, c'est une autre dimension
excuse-moi

bonne soirée


Elo 14/06/2011 14:49


Super défi chez toi !!!! BRAVO ....


Iddril 13/06/2011 23:02


Simple, mais toujours aussi...percutant. Très touchant.


papiluc 13/06/2011 20:04


Eh là, on peut même écrire une histoire triste au fil d'A l'Abordage. Je ne suis qu'un pitre mais je suis ému.


Qu'importe 13/06/2011 19:44


Le rythme est nonchalant comme la marche impériale et chaloupée du camélidé, les gestes sont mesurés, on sent la chaleur, la touffeur de l'endroit...


Tricôtine 13/06/2011 19:27


très beau texte Askélia, nous voilà dépaysés sous ta plume !! et la consigne est respectée à la lettre : 0) bonne soirée j'espère qu'ils prendront la bonne décision


Nounedeb 13/06/2011 17:45


Un beau conte du désert...de Mongolie? Car c'est bien là-bas que sont les chameaux, avec les yourtes. Mais tout le monde fait la confusion, le mot chameau est tellement beau...


jill-bill.over-blog.com 13/06/2011 17:30


Bonsoir askelia... Là oui une histoire pas comme les autres pour ce défi, j'en suis glacée aussi....... Amicalement de jill Bises