Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Askélia

jeudi en poésie

15 Mars 2012 , Rédigé par askelia Publié dans #poèmes - haïkus

Pour les croqueurs.

 

Les années doucement filent,

Et le gravier lentement s'égraine.

Sur un fil de pêcheur, s'enfilent

De jolies perles blanches. Reine,

Je contemple les traces sur le sable

de mes pas, car bientôt, je serai

déchue de mes fonctions. Adorables,

Mes enfants devenus rois, aimés,

Me remplaceront et me couveront.

La marque de mon pied, effacée,

sera engloutie. Ils m'abandonneront,

Ces doutes obscurs et violacés !

Mais j'ai peur du temps qui passe.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rechab 17/04/2013 21:31

Il y a aussi les tubes de peinture, qui , las d'attendre,
Se sont désséchés dans leur couleur,
Et la musique qu'on n'écoute plus, les cassettes ,
remplacées par des supports plus modernes.

C'est comme ces cartons aux coins émoussés, témoins du passé
Avec les vêtements rétrécis des enfants qui ont grandi
Les photos bistres des gens que l'on a peut-être croisés
un jour, et qui se sont effacés dans le brouillard des années.

Les vieux objets nous attendent dans l'ombre,
ce sont des témoins implacables de ce qui a fui,
Même sous couvert d'objets dérisoires,
de la couronne dont tu fus un jour reine, et dont la fève témoigne.

On ne peut se résigner à jeter, ou difficilement,
C'est comme une part de soi-même, à laquelle on renoncerait,
Une part d'abandon, où s'engouffrerait le vent de l'oubli,
Mais qui finit par atteindre les autres, ... aussi.

-------- Et ainsi se poursuit le chemin.

-

RC 16 avril 2013

askelia 18/04/2013 14:23



Merci de ces mots tout en délicatesse et en beauté...


Alx



lafillequilisaittrop 15/08/2012 22:32

J'aime beaucoup ce poème pour sa spontanéité, je trouve que l'envie d'écrire (des évènements de la vie concrets, de surcroît) donne une modernité aux consonances et à la structure des vers. Bonne
continuation !

Elo 21/03/2012 10:59

Il ne faut pas avoir peur du temps... bisous

le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 17/03/2012 21:57

Peur exprimée avec une belle sensibilité... Inéluctable fuite du temps... alors? ne pas trembler, vivre intensément!

mansfield 16/03/2012 17:13

Un beau constat sur la vie,et la peur de l'avenir.

julien 15/03/2012 20:47

rebienvenue Alors!
dommage d'etre demise de tes fonctions mais ainsi va la vie non?
a+

Nina Padilha 15/03/2012 20:43

L'essentiel est de donner de la vie aux années.
Je vais m'y mettre très vite, d'ailleurs...
Bonne soirée!

Suzâme 15/03/2012 19:43

Compatir un instant...ici, c'est une reine, ailleurs c'est une mère...c'est toujours une femme qu'on abandonne... Je t'embrasse. Suzâme

Laure Lie 15/03/2012 17:55

De la douceur à l'inéluctable tranchant.... c'est ce à quoi on peut s'attendre avec toi ;) Bises

Nounedeb 15/03/2012 17:41

On a cette nostalgie évoquée par ton beau texte. Mais n'élève-t-on pas les enfants pour qu'ils prennent leur envol, seuls? Tant de richesses à découvrir, au dehors, et en soi. Vieillir est un
fléchissement qui ne m'est pas encore douloureux. Je te le souhaite de même.